Entretenir soi-même son vélo

Un des projets de l’atelier “Les Vélos Brestois” est de proposer des cours de mécanique vélo, à destination des cyclistes quotidiens. Le “coup de pouce vélo” génère une demande en maintenance trop importante pour avoir le temps de mettre ces cours en place.

Voici donc quelques petits conseils simples et rapides pour faire une partie de l’entretien de votre vélo vous même :

Gonflez vos pneus à la bonne pression

Pourquoi ? Des pneus biens gonflés crèvent moins souvent ! Ils sont aussi plus performants et s’usent moins vite.

Comment ? Avec une pompe équipée d’un manomètre, car on ne gonfle pas tout à fait au hasard. Il existe plusieurs types de valve mais la plupart des pompes à vélo sont compatibles avec toutes.

A quelle pression ? Pour des pneus type VTT (47 à 55mm de large) gonflez entre de 2,5 à 3,5 bars pour un usage urbain. Pour des pneus de VTC (35 à 40mm) entre 3 et 4 bars. Pour des pneus route (23 à 28mm) entre 4 et 6 bars. La marge dépend de votre usage et de votre gabarit. Plus on est lourd plus on augmente la pression. Plus on circule sur un revêtement “meuble” (chemins) plus on baisse la pression.

Quand ? 1 fois par mois environ

Un exemple de pompe ? La FP30 de Zefal est une très bonne pompe que nous avons choisi pour la boutique et pour l’atelier. Son raccord permet de changer facilement de type de valve et depuis 3 ans, elle fonctionne toujours très bien. Tarif boutique 35€.
Pour les adeptes du made in France, il y a également la FP60 avec sa poignée en bois et son flexible plus long. Tarif boutique 45€ (sur commande).

Huilez votre chaîne…mais pas trop !

Pourquoi ? La chaîne est composée d’une centaine de maillons métalliques qui oscillent à chaque tour de la transmission, pour rester bien au contact des dents des pignons et plateaux. Si la lubrification manque ces oscillations vont user la chaîne. Si la chaine est trop grasse, elle va capter toutes les petites poussières et former du cambouis, ce qui a également tendance à user la transmission !
L’huile protège également de la corrosion.

Comment ? Avec une petite burette d’huile.
Si la chaîne est sèche et propre, versez quelques gouttes sur la chaine entre le dérailleur et le bas du pédalier. Faites un tour de pédales en arrière et refaire “un trait d’huile”. Ensuite faites un tour avec le vélo en changeant les vitesses et plateaux. Enfin passer un chiffon sec sous la chaine pour enlever l’excédent d’huile.
Si la chaine est trop grasse, enlevez un maximum de cambouis à l’aide d’un chiffon en frottant la chaine. Vous pouvez également décoller les plaques de cambouis collées sur les côtés des galets de dérailleur.

Quand ? Quand la chaîne est terne, qu’elle couine, ou après une grosse averse (une fois que la chaîne est sèche). Mieux vaut mettre 3 gouttes tous les mois qu’une tonne une fois par an ! Pensez à bien essuyer l’excédent.

Un exemple d’huile ? La Pro Wet Lube de Zefal est celle que nous avons choisi pour la boutique. Elle est adaptée au conditions climatiques locales ! De plus, elle est biodégradable, fabriquée en France et équipée d’un bouchon qui se visse (c’est un détail mais cela évite de perdre la moitié de la burette quand elle reste allongée dans la caisse à outil). Avec 120mL, en comptant 3 gouttes par mois, vous devriez tenir 10 à 20 ans ! Tarif boutique 6€.

Un dernier conseil ?
Économisez vous et votre transmission !

Comment ? La plupart des vélos sont équipés de plusieurs vitesses. Plus vous changerez de vitesses pour vous adapter à la situation plus vous économiserez votre transmission et vos articulations. Par exemple, pensez à “rétrograder” avant de vous arrêter à un feu et à passer sur le petit plateau quand vous aborder une longue côte. Vous pédalerez alors plus en fréquence et moins en puissance. Cela permet à la chaîne une plus longue durée de vie et vous évite de forcer sur vos articulations (genoux principalement). Vous risquez de plus vous essouffler au début mais votre cœur se musclera pour compenser.

Pourquoi ? Le fait de pédaler en force entraine un allongement de la chaîne. La distance entre les maillons n’est alors plus la même que celle entre les dents des pignons et plateaux. La chaîne commence alors à “affuter” les dents ce qui provoque l’usure progressive de toute la transmission.

Quelle solution ? Contrôler ou faites contrôler régulièrement l’état d’usure de votre chaîne pour la remplacer dès qu’elle commence à être usée. Cela est d’autant plus important si vous acheter un vélo d’occasion, car une transmission à remplacer, c’est une facture entre 100 et 200€ (en fonction du nombre de vitesses) !

Un outil permet cela ? le témoin d’usure de chaine. Tarif boutique : 8€